dimanche 3 juin 2007

On l’appelle Trinita



Des fayots, des rots et des pets. On l’appelle Trinita en question.

Lo Chiamavano Trinita
E.B.Clucher (Enzo Barboni)
Avec Terence Hill et Bud Spencer.
1970

Depuis que j’ai une pelouse, je suis déprimé parce qu’elle pousse trop vite, alors je me suis repassé ma cassette de On l’appelle Trinita pour tenter de contrecarrer ma mauvaise humeur.

ON L’APPELLE TRINITA EST-IL DROLE ?
Tout dépend de la définition que vous donnez au mot drôle. Si vous aimez les pets, si un verre qui se remplit indéfiniment vous écroule de rire, si le sourire niais de Terence Hill vous tord les boyaux, oui On l’appelle Trinita est drôle. En revanche, il existe des gens qui considèrent que le western est une affaire sérieuse, qui sont atterrés par la débilité et la vulgarité des rôts. Cela s'appelle avoir un balai dans le cul. Donc, si vous avez un balai dans le cul, non, On l’appelle Trinita n’est pas drôle.

ON L’APPELLE TRINITA EST-IL NUL ?
Oui, il est complètement nul, et c’est pour ça qu’il est bien ! Si cette affirmation provoque en vous une moue dubitative et vous fait gratter les cheveux, essayez d’enlever le balai !

ON L’APPELLE TRINITA EST-IL UN ELOGE DE LA PARESSE ?
Sans aucun doute Julien ! Trinita voyage dans un hamac tiré par son cheval, la traversée d’un fleuve ne le fait pas broncher (moi déjà, ça me fait rire), ses vêtements sont des haillons qui tiennent encore par l’opération de la sainte Trinité, il se lève leeeeenntement pour nourrir son cheval. Sa seule passion dans la vie, c’est les fayots, et quand son mastodonte de frère l’appelle à la rescousse, il baille. Votre maman, vous a traumatisé toute votre enfance en vous demandant sans arrêt de passer l’aspirateur dans votre chambre ? Dans ce cas oui, On l’appelle Trinita est un éloge de la Paresse qui vous économisera pas mal de séances de psychanalyse.

ON L’APPELLE TRINITA EST-IL UN FILM HYGIENIQUE ?
Morbleu non ! Trinita est sale, crade, et il pue. La seule personne plus sale que le petit adjoint de Bambino ait jamais vu, c’est Bambino lui-même avant qu’il ne le lave… La saleté comme art de vivre, c’est ce que propose On l’appelle Trinita. La crasse ne tue pas, elle protège. Vive la saleté, ne vous lavez plus, laissez la nature exprimer votre odeur corporelle ! C’est le message profondément humaniste colporté par On l’appelle Trinita.

ON L’APPELLE TRINITA EST IL UN FILM ANARCHISTE ?
Bien sûr, Trinita ne connaît pas de loi, à part celle du cœur. Il a un couteau pour trancher le pain de l’amitié, et de vieilles armes rouillées pour ne pas oublier. Il a mis le drapeau noir en berne sur l’espoir, il n’est pas espagnol, allez savoir pourquoi, et le film n'a pas été tourné en Espagne non plus.

ON L’APPELLE TRINITA EST IL UN FILM MARXISTE ?
C’est clair comme l’eau de la mer, Trinita ne possède rien, ne cherche pas à posséder quoi que ce soit, donc il partage tout - à commencer par les baffes. C’est donc bien un film marxiste, ou chrétien selon les points de vue !

J’AIME BEAUCOUP ON L’APPELLE TRINITA, SUIS-JE NORMAL ?
A peu près aussi normal que la horde de gens qui ont adoré Brice de Nice ou Wayne’s World. Rire devant On l’Appelle Trinita ne fera pas de vous immédiatement quelqu’un de foncièrement stupide et inculte, ce serait idiot de croire ça, n’est ce pas ? Pourtant il y a plein de gens qui semblent persuadés que regarder exclusivement Rivette et Cassavette les transforment automatiquement en personnes cultivées et intelligentes, comme c’est curieux !
Mais modérez quand même votre enthousiasme devant ce film, à mon avis il n’est pas tout à fait inoffensif pour vos neurones. C’est quand même de la débilité de haut vol qu’on a là, faites gaffe !

ON L’APPELLE TRINITA SIGNE T-IL LA FIN DU WESTERN ITALIEN ?
Hé oui les amis, il faudra vous y habituer, à chaque fois qu’un casseur de couilles de spécialiste du western américain voudra dénigrer le western spaghetti pour vous miner votre face enthousiaste, il citera Trinita d’un air suprêmement dégoûté, en croyant par là même vous lancer l’insulte ultime, sans se douter que pour vous, On l’appelle Trinita n’est pas un western spaghetti, mais un western fayot ! Ah, il est bien niqué sur ce coup là le spécialiste !!
Ceci dit, même les plus ardents défenseurs du western italien conviennent que ce film a fait beaucoup de mal au genre, en engendrant une lignée indigeste de westerns « comiques » qui prirent la place des westerns noirs et violents des années 60.

ON L’APPELLE TRINITA EST-IL QUAND MEME UN WESTERN SPAGHETTI ?
Mais bien sûr, il y a tous les poncifs : la communauté marginale face à la corruption (les mormons), les héros aux tenues négligées (mais ici plus qu’ailleurs), les tireurs plus rapides et plus précis que Thierry Henry (mais encore plus que d’habitude), les notables corrompus (le Major). Faites votre choix, la vita e bella a Almeria, tant qu’il reste des fayots !

ON L’APPELLE TRINITA EST-IL LE PLUS GRAND FILM DE TOUS LES TEMPS ?
Non absolument pas ! Le plus grand film de tous les temps, c’est On continue à l’appeler Trinita du même Enzo Barboni. L’équipe de On l’appelle Trinita s’était un peu planté et n’avait pas prévu le succès phénoménal de son bébé. Comme l’analyse lui-même un Sergio Leone passablement écoeuré, Trinita répondait parfaitement à des centaines de westerns médiocres où les trois mêmes seconds couteaux répètent sans arrêt les mêmes scènes pathétiquement recopiées sur les chef-d’œuvre du maître ! C’est donc la bonne humeur de cour de récré, les baffes, les rots, les pets et l’humour crétin qui on fait le succès du film, et c’est normal, c’est pour ça que le film est bon ! Mais il demeure dans On l’appelle Trinita des résidus de western sérieux, des gens qui meurent, des scènes presque pas drôles, des trucs qui font tâches dans la stupidité ambiante. On continue à l’appeler Trinita corrige le tir. Dans ce second opus, tout est délicieusement navrant de débilité, chaque minute est nulle à souhait, à commencer par le titre – magnifique – et la bataille de pains trempés dans l’eau - homérique. Non, vraiment, rien ne saurait égaler On continue à l’appeler Trinita en tant qu’exemple parfait d’osmose quasi mystique entre débilité absolue et crétinerie démesurée ! J’ADORE !

SI TRINITA SE BAT A MAINS NUES CONTRE BAMBINO, QUI GAGNE ?
Je parie pour Bambino, mais Trinita se défend pas mal…

2 commentaires:

  1. fandewestern16 juin 2007 23:37

    c'est dans je sais plus quel film avec Hill Spencer, mais justement ils se battent l'un contre l'autre, et ben personne ne gagne, ils y sont encore le lendemain mdrrr

    RépondreSupprimer
  2. La vita e bella a Almeria (E. Fajardo)

    RépondreSupprimer